vous êtes ici : Suivi des stagiaires > Promotion 2018 > Marc Hauza


Marc Hauza

Pour commencer, ouvrons avec le bâton, Bâton à fouir des chasseurs cueilleurs, houlette du berger, bâton d’astronomie ou bâton de Jacob, bâton almanach des prêtres égyptiens, bâton de danse ou de rythme, il représente des moments de vie qui peuvent se transmettre ou se noter dans le bâton d’écriture. Il est aussi le brigadier qui frappe les trois coups avant d’entrer en scène.
L’accrochoir est une sculpture en planches de sapin collées. Avec le collage on peut travailler le bois comme si on avait du bois flammé et les dessins des fibres sont plus harmonieux. On peut travailler un bois avec des excroissances.
Femme est l’idée d’affiner les traits de visage et d’encaster celui-ci. Elle est pour l’instant femme, mère, visage car c’est la partie inférieure qui induira une suite dans la réalisation.
Main, c’est le travail de l’if, un bois de sculpture avec un couleur oscillant entre le rose et le violet mais qui s’oxyde rapidement et je n’avais pas encore travaillé de raccourcis humains sur ce support.
Totem est une sculpture sur un bois de devant de cheminée. C’était un madrier de chêne que j’ai mis à disposition dans l’atelier pour commencer une œuvre commune dans les temps creux. Les premiers coups de ciseaux ont imposé certains volumes et l’augmentation du volume de travail l’arrêt de l’activité. J’ai donc quelques années plus tard finalisé la présentation de ce travail.
La coupe est mon premier travail dans un atelier où tout était disponible, un atelier de sculpteur. C’est aussi cette première règle, passer autant de temps à sculpter qu’à affûter les outils. C’était, il y a 43 ans.



  • Marc Hauza
  • Marc Hauza
  • Marc Hauza
  • Marc Hauza
  • Marc Hauza
  • Marc Hauza
[ Dernière mise à jour le 15 octobre 2018 ]

Mentions légales - CPIFAC@2012
site designer : c u b e  D E S I G N